DJI Phantom 4 Pro Obsidian
1700Un excellent drone semi-professionnel
Très grande autonomie
Filmer en 4K 60 FPS avec une caméra stabilisée 3-axes
Capteur d’altitude, détection d’obstacle

DJI continue  de régner en mitre dans l’univers des drones tout public et vient de présenter ses nouveaux produits au salon IFA 2017. Lors de cet évènement, DJI a mis en avant une nouvelle version du Mavic Pro appelée Mavic Pro Platinum, une  mise à jour pour le Spark et une nouvelle version de la gamme Phantom 4 Pro, appelée le Phantom 4 Pro Obsidian. C’est sur ce dernier modèle que notre article d’aujourd’hui va se porter. Quelles sont les nouveautés, quels sont les caractéristiques ? Vous découvrirez tout dans cet article


Présentation

Le Phantom 4 Pro Obsidian n’est pas vraiment une nouvelle version du Phantom 4 Pro. C’est plutôt un version revisitée, et pour cause, il n’y a pas de changement dans les caractéristiques techniques, la forme ou les accessoires qui accompagnent le drone. Le changement se trouve surtout au niveau du design, notamment la couleur qui devient gris profond et le matériau qui recouvre la nacelle. C’est du magnésium galvanisé qui protège la nacelle des traces de doigt.


Le design

Comme il a été dit plus haut, le design n’a pas changé. Après tout pourquoi changer un design qui marche aussi bien. Le Phantom 4 Pro Obsidian est un quadricoptère avec des bras non pliables intégrés au corps du drone. Il dispose de 2 patins  d’atterrissage non repliables aussi, contrairement au Mavic Pro Platinium par exemple, dont les patins se replient automatiquement au décollage pour permettre à la caméra de faire un panorama à 360° sans avoir les patins dans le champs de vision.  Sur chaque patin, on peut voir une caméra à l’avant et une à l’arrière qui servent de capteurs à la détection d’obstacle.

A l’avant du drone on peut voir la caméra non amovible fixée à sa nacelle. Sur les deux flancs du drone, on peut voir les capteurs à infrarouges qui servent à la détection d’obstacle. Sur le ventre de l’appareil, vous trouverez deux capteurs optiques ainsi qu’un capteur à ultra son.


L’emplacement de la batterie se trouve à l’arrière du drone. Elle dispose d’un bouton qui permet de connaitre l’état de la charge et aussi de la mise sous tension du drone.

Comme à l’habitude de DJI, le drone inspire la confiance, il renvoie une image de bonne qualité et de solidité et les finitions sont bien soignées. Les matériaux utilisées sont d’excellentes qualité. La structure est renforcée en alliage de titane et de magnésium pour plus de solidité. La caméra et la nacelle  sont recouvertes de magnésium galvanisé. Ce n’est pas un drone haut de gamme pour rien.

Les dimensions sont les mêmes que celles du Phantom 4 Pro. Le drone fait 28.5 cm de côté et 15 cm de hauteur.  Au diagonal, d’un moteur à l’autre, le drone fait 35cm. Prêt à voler, batterie comprise, le drone fait  1.388 Kg dont 878g pour le drone, 468g pour la batterie et 42g pour les hélices

La radiocommande du Phantom 4 Pro Obsidian a un design légèrement différent de celui du Phantom 4 Pro. Celle du Phantom 4 Pro est blanche comme le drone et elle est de forme carrée, tandis que la forme de celle de l’Obsidian  est aussi mais la tranche est plus évasée vers le centre pour mieux suivre les courbes de la main dans le but de mieux l’avoir en main. Pour la couleur, elle de la même couleur grise que le drone.

A l’avant, on peut voir se détacher l’emplacement destiné au smartphone et les antennes pour la connexion Wifi de chaque côté. La façade toujours aussi minimaliste contient en tout et pour tout deux  joysticks et deux boutons, un bouton power et un bouton RTH. Sur la tranche à l’avant, il y a un interrupteur qui permet de changer de mode de pilotage, une molette sert à régler l’inclinaison de la caméra et une autre donne accès aux réglages de la caméra, et enfin il y a un bouton pour déclencher la prise de vue vidéo, un autre pour prendre des photos. Un bouton nommé pause permet en cas de nécessité ou de danger, d’interrompre  net tous les mouvement en cours du drone pour lui faire faire un vol stationnaire en attendant un autre commande venant du pilote.

Caractéristiques techniques

Le drone est équipé de moteurs brushless et d’un contrôleur de vol Naza P4P. Les hélices sont des modèles 9450 (24cm). Elles sont autobloquantes avec un code couleur pour éviter de se tromper en les plaçant.

En vol, c’est avec le mode sport que le drone fait ses meilleures performances. Avec ce mode, il peut atteindre sa vitesse maximale, 72Km/h. La vitesse ascensionnelle maximale est de 6m/s et la vitesse maximale de descente est de 4m/s. Le drone peut atteindre une hauteur maximale de 6000m.

Le drone est doté d’une batterie Lipo de 5870mAh a compatible uniquement avec la gamme Phantom 4. La tension est de 15.2V et la puissance est de 89.2Wh et la batterie fait un poids de 468g. La batterie est un modèle propriétaire compatible uniquement avec la gamme Phantom 4. L’autonomie maximale est de 30 minutes.

La caméra du drone est un CMOS EXMOR 20MP avec un capteur de 1’’.  La focale est de 84°, 8.8 mm / 24 mm (équivalent 35 mm format), l’ouverture de l’optique varie de f/2.8  à  f/11. Les résolutions vidéo sont de C4K, 4K, 2.7K et en  FHD. Pour le C4K jusqu’au 2.7K, la caméra peut filmer à 60 i/s mais en descendant en FHD, la caméra peut filmer jusqu’à 120 i/s. Le nombre d’image enregistré par seconde est importante car plus elle est élevée moins les images sont saccadées lors des vols rapides ou des prises de vues panoramiques à 360°. A 120 i/s il est possible d’obtenir à la fois des images et des ralentis sans aucunes saccades. Le débit d’enregistrement est de 100Mb/s. La plage Iso varie de 100 à 3200 en automatique et de 100 à 6400 en manuel. Les prises de vues sortent en format mov et mp4.


Pour les photos, la résolution est de 20Mp. Les modes photos possibles sont les photos simples, les rafales et les timelapse. L’autofocus est de 1mà l’infini. Les formats photos possibles sont le JPEG et le RAW DNG. La variation de l’Iso  photo en automatique est entre 100 et 3200 et en manuel entre 100 et 12800.

Bref côté image et prise de vue le drone assure avec un bon matériel qui propose beaucoup de possibilités qui raviront les amateurs et peuvent même suffire aux professionnels pour certaines prises de vues aériennes.

La nacelle est une Gimbal Phantom 4 Pro à 3 axes. L’angle de contrôle est de -90° à + 30° et la vitesse maximale de contrôle est de 90°/s. Elle compense les mouvements du drone dans toutes les directions, l’inclinaison, le roulis et la rotation et absorbe les vibrations des moteurs et les mouvements durant le vol. Le but est d’obtenir à tout moment des images fluides. Sur la rotation, la caméra ne neutralise pas complètement les mouvements. Il faut savoir qu’avec cette nacelle, il n’est pas possible de faire une rotation à 360° comme avec celle du Mavic Pro par exemple. Pour faire un panoramique à 360°, il faut faire tourner le drone sur lui-même, et durant cette opération, la caméra bouge un peu pour amortir le mouvement au lieu de rester dans la direction initiale comme quand on fait pencher ou incliner le drone. Cette nacelle a déjà fait ses preuves sur le Phantom 4 Pro. Elle est redoutable d’efficacité est elle permet d’obtenir  de belles images fluides même avec du vent ou un pilotage un peu brusque.

La radiocommande est un modèle GL 300F, le même que celui du Phantom 4 Pro. Elle fonctionne sur deux fréquences : 2.4 GHz et 5.8 GHz. La radiocommande est dotée du système  Lightbridge. Ce système a pour but d’améliorer la transmission du signal Wifi car il choisi automatiquement le canal le moins encombré pou transmettre  et bascule d’un canal à l’autre selon  la position et la nécessité. La radiocommande  est alimentée par une batterie Lipo 2S de 6000mAh pour une autonomie de 6h ensuite il faut compter  environ 3h40mn pour une recharge complète. Le support pour le téléphone est compatible avec les appareils allant jusqu’à une taille de 10’’. La portée du signal est de 3.5Km et la sortie des vidéos se fait par USB.

Pour  faciliter l’acquisition de satellite pour le positionnement, le drone dispose d’un récepteur GPS et d’un autre récepteur pour les satellites russes le GLONASS. Avec la combinaison des deux, vous pouvez obtenir un positionnement correct en moins d’une minute.

Le drone dispose d’un système ultra performant dont le but est d’assurer un vol autonome, stable et en toute sécurité qui s’appelle Le Flight Autonomy, est composé par une série de capteurs optiques et infrarouges des capteurs IMU, des outils de positionnement et de puissants algorithmes. Pour un maximum d’efficacité et pour plus de sureté, plusieurs capteurs sont présents en double pour fonctionner en redondance et afin qu’on puisse comparer les données fourni par les deux au cas où l’un tombe en panne

  • Le positionnement satellite s’obtient par un double récepteur de signal satellite, le GPS et le Glonass.
  • Les capteurs IMU  et le Vision Positioning Système permettent  d’obtenir un vol inertiel très stable ainsi que de pouvoir voler partout (en intérieur, dans un tunnel, etc.) sans positionnement satellite. L’IMU est un système formé par le gyroscope 3 axes, l’accéléromètre et le baromètre.  Le VPS c’est l’ensemble formé par les capteurs optiques et les capteurs à ultra sons qui se trouvent sur le ventre de l’appareil. Le positionnement vers le bas fonctionne à une hauteur comprise entre 0 et 10m. Est-ce que ça marche ? oui, sans aucun doute, en intérieur comme en extérieur, avec ou sans vent, le drone est d’une stabilité exemplaire
  • Le  drone dispose aussi de boussoles électroniques. C’est un des outils par exemple avec les capteurs IMU qui sont présents en double sur le drone.
  • Le drone est aussi équipé d’un système de détection d’obstacle avant, arrière et latérale grâce à 2 caméra à l’avant, 2 à l’arrière, et des capteurs à infrarouge sur les flancs. La détection avant se fait par deux caméras situées sur les patins d’atterrissage. La détection latérale se fait par des caméras et des capteurs à infrarouges  situés sur les deux flancs de l’appareil.  La détection des obstacles à l’arrière se fait par deux capteurs optiques situés sur les patins d’atterrissage. Quelque soit la direction, la détection sur une distance comprise entre 0.2m à 7m du drone avec un angle de détection est de ± 35° à l’horizontal et ± 10° à la verticale.

Les drones disposants d’un système de détection d’obstacle sur les cotés et à l’arrière en plus de la détection d’obstacle à l’avant ne sont pas très nombreux. Même chez DJI, seuls les Phantom 4 Pro, Pro +, Obsidian Pro et Pro+ disposent de la détection d’obstacle sur les 4 côtés. Les autres drones se limitent généralement à la détection d’obstacle avant. La détection d’obstacle de DJI est plutôt efficace, mais elle n’est pas infaillible, donc, il faut quand même faire attention et ne pas y compter à 100%. Avec une surface plane, immobile et suffisamment grande, elle est très efficace, mais sur de petits obstacles  fins (branche, fil électrique ou de téléphone) elle a plus de mal à fonctionner. De plus,  comme il est indiqué plus haut, la détection ne fonctionne que sous certains angles et donc il y des angles morts par lesquels les obstacles peuvent toucher le drone sans que le système ne le détecte. La détection totale des obstacles ne fonctionne que sur les modes débutant et Tripod. En mode P la détection avant et arrière fonctionne en dessous de 22Km/h, au dessus, il n’y aura que la détection avant et enfin, en mode Sport, la détection d’obstacle est inactive.

Concernant le stockage des prises de vues, le drone est fourni avec une carte micro SD de 16Go. La mémoire du drone est extensible par carte micro SD avec une capacité de stockage  maximale de 128Go. La vitesse d’écriture doit-être au moins de 15Mo/s car l’enregistrement risque d’être compromis si la vitesse de la carte est insuffisante, donc une carte de classe 10 ou UHS-1 au minimum.

L’application dédiée au drone est le DJI GO 4. Elle est compatible avec les téléphones ou tablette sous Android, IOS ou DJI Crystalsky. Elle est disponible en téléchargement gratuit sur les principaux Stores.

Utilisation

Avant de commencer à utiliser le drone, il y a quelques petites manipulations faciles à faire comme monter les hélices, insérer la batterie, faire l’appairage entre le drone et la radiocommande et obtenir la liaison satellite.

A partir de l’application DJI Go 4, vous avez accès au réglages des différents paramètres du drone. Et il y en a beaucoup. Presque toutes les paramètres sont réglables. Il est alors préférable de prendre le temps de parcourir tous les menus dans l’application avant de commencer à faire voler le drone, car une fois qu’il sera en l’air, il est plus difficile de fouiller dans l’application pour faire les réglages.

Pour décoller, vous pouvez choisir entre deux méthodes, soit en utilisant les Joysticks, il faut alors les pousser en diagonal vers le bas et l’extérieur ou plus facile il suffit d’appuyer sur le bouton décoller. Veiller à choisir un endroit bien dégagé pour le décollage afin que les détecteurs d’obstacle ne bloquent pas tous vos mouvement.

Le drone dispose de 3 mode de pilotage possible que l’on peut activer grâce à l’interrupteur sur le haut de la radiocommande.


En mode P, l’appareil est assez rapide et réactif, mais vous profiter de tous les  assistance au pilotage dont dispose  le drone. Activez le mode débutant et vous pourrez tranquillement vous habituer au pilotage du drone si vous êtes novice. Pour commencer, il vaut mieux limiter la distance et la hauteur du vol du drone. Vous pouvez le faire dans les paramètres  du drone.

Le mode S ou sport est destiné aux pilotes confirmés. Avec ce mode, l’assistance au pilotage est désactivée. Pour l’activer, il faut d’abord activer le Multiple Flight Mode dans l’application avant de mettre l’interrupteur sur le mode S. Soyez alors vigilant car à partir de cet instant  si vous ne compensez pas, le drone dérive. Une fois que avez les commandes et dans un environnement bien dégagé, vous pouvez en profiter. Avec  ce mode, le drone peut atteindre des vitesses de pointes de  plus de 70Km/h. Ce mode est surtout utilisé pour se rendre rapidement vers un endroit de tournage plutôt que pour filmer.

La Mode A est un peu entre le mode P et le mode S. Il est aussi destiné aux pilotes avec de l’expérience. Avec ce mode la stabilisation GPS est désactivée pour un pilotage plus nerveux.

D’autres part, le drone propose aussi divers mode de vol automatique pour vous assister lors de vos prises de vues.

Avec le mode Draw, vous pouvez créer un circuit que le drone va suivre. Vous pouvez créer la carte avant le décollage avec ce drone. Vous avez la possibilité de garder la caméra pointée en permanence à l’avant. Pour cela, choisissez le mode standard ou vous pouvez permettre à la caméra de filmer partout et dans ce cas c’est la mode Free.

L’Active Track est un mode dans lequel le drone suit un cible automatiquement. Pour cela, sélectionner la cible à l’écran et ensuite le drone est capable de le reconnaitre. Avec le mode Trace, le drone va suivre la cible en se plaçant à l’avant ou à l’arrière ou en faisant des cercles autour. Avec le mode Spotlight, la caméra reste fixer sur la cible tandis que le drone peut évoluer partout autour de la cible. Avec le mode profil, placez le drone de face ou de profil, il arrangera sa position pour bien filmer la cible.

Le mode TapFly vous permet de diriger le drone vers en tapant sur l’écran de votre téléphone. Il rejoindra alors automatiquement l’endroit que vous avez indiquez sur l’écran. Avec ce mode, vous avez à votre disposition 3 fonctions possibles : le Tapfly Forward pour avancer, le Tapfly Backward pour reculer et le Tapfly Free qui offre une plus grande liberté.

Quand il est temps de faire atterrir votre drone, il suffit de descendre, et de lui-même le drone ralentit en s’approchant du sol et fini par atterrir en douceur, maintenez le joystick  de profondeur jusqu’à l’arrêt complet de l’appareil.

En cas de nécessité vous pouvez utiliser le mode RTH. Vous pouvez utilisez le RTH pour un atterrissage plus précis et plus sûr, et vous pouvez même interrompre le RTH  à tout moment si vous le voulez en appuyant à nouveau sur le bouton qui déclenche le RTH. Pour un atterrissage en RTH, le drone utilise le Landing Precision. Cette fonctionnalité est déclenchée dès le décollage. Pour cela, vous devez décoller en douceur pour permettre au drone de filmer le sol au dessous de lui et au moment de l’atterrissage, il fait la même chose et compare les images. De cette manière, il atterrit avec une grande précision, entre 10 à 30cm près, de l’endroit  d’où il a décollé.

En cas de perte de signal, ou de batterie trop faible le drone déclenche un RTH automatique. Vous pouvez aussi interrompre ce RTH dès que le drone a récupéré le signal avec la radiocommande. Par défaut l’altitude du drone durant le RTH est de 30m, mais il est possible de le réduire à 20m ou de l’augmenter jusqu’à  500m suivant l’environnement où vous vous trouvez. Vous avez aussi la possibilité d’activer ou non la détection d’obstacle. Au lieu du RTH, vous pouvez aussi demander que le drone se reste en stationnaire ou se pose là où il se trouve.

Quand vous appuyez sur le bouton RTH de la radiocommande, c’est le Smart RTH  qui se déclenche avec une détection des obstacles par défaut.

Conclusions

Le Phantom 4 Pro Obsidian est un drone vraiment très sympa avec une grande performance et pleine de fonctionnalités à proposer.

Tout est bien étudié, bien conçu et efficace dans ce drone. La design est agréable, les matériaux utilisés sont haut de gamme, la caméra est performante et l’autonomie est plus qu’acceptable. Bref, tout est bien, mais c’est quand même un Phantom 4 Pro avec une nouvelle couleur et c’est un peu du déjà vu tout ça. Ne vous attendez donc pas à de nouvelles fonctionnalités ou des changements significatifs au niveau de la performance car il n’y en a pas. Cela étant, c’est quand même un excellent drone qui n’est pas prêt d’être dépassé.

Notez le test du drone DJI Phantom 4 Pro Obsidian

Avec cet article complet, vous savez tout ce qu’il faut savoir sur le tout nouveau drone de chez DJI, le Phantom 4 Pro Obsidian, un drone semi-pro de haute qualité, votez et laissez une excellente note à cet article.

Test du drone DJI Phantom 4 Pro Obsidian
3.9 (78.46%) 39 votes

Découvrez les meilleurs drones du moment