DJI Mavic Pro Platinum
1300Dernière version du drone pliable Mavic Pro
30 minutes d’autonomie
Moins bruyant que la version “Pro”
Caméra 4K/30 FPS ou 1080p/60 FPS, améliorée

DJI indétrônable de sa place de leader dans le domaine de la conception de drone vient de sortir une nouvelle version de son drone pliable Mavic Pro. Le nouveau drone est appelé Mavic Pro  Platinium. Avec cet article, nous allons voir si ce drone sera aussi bien que son ainé, qui est, avouons-le, pas loin d’être parfait. Je vous invite à observer ce drone sous toutes les coutures avec au menu une nouvelle couleur et une palette d’améliorations.


Présentation

Déjà lors de sa première sortie, le Mavic Pro de DJI était très attendu. Les amateurs de drone l’on beaucoup appréciés et très peu de critique ont été émis si ce n’est une autonomie qui pourrait-être encore améliorée, quelques petites imperfections au niveau de l’image et enfin un prix de lancement un peu élevé.

Mais la marque DJI, et encore plus, le Mavic Pro, sont synonymes de qualité dans le monde des drones.

C’est un petit drone compact et performant avec les dernières technologies du moment. Le Mavic Pro Platinium est une version améliorée du Mavic Pro, donc on s’attend pour cette nouvelle version à frôler de très près la perfection.

Dans le package d’origine, vous trouverez le Mavic Pro Platinium déjà monté, une radiocommande, une batterie pour le drone, un chargeur de batterie, une câble d’alimentation, 4hélices à monter sur le drone et deux hélices de réserve, des câbles RC, une protection de nacelle, un support pour nacelle, une carte micro-SD 16 Go, un câble micro USB et des glissières pour câble RC.

Design

A première vue et selon ses habitudes, DJI nous offre un produit bien conçu et solide. Cette sensation se confirme lors de la prise en main du drone. Malgré le poids inférieur à 800g du drone, on sent que l’on n’a pas sacrifié la qualité en faveur de la compacité. Les matériaux utilisés sont d’excellente qualité et la finition est impeccable.

Le design du Mavic Pro Platinium n’a pas vraiment changé par rapport à son prédécesseur. Le changement le plus évident sera sans doute la couleur du Platinium, toujours gris, mais plus claire et plus brillante. D’autres parts, on peut voir le nom « Platinium » inscrit sur la face latérale du bras gauche du drone et les hélices ont des embouts jaunes au lieu de l’ancienne couleur gris clair.

Sur le dos du drone, on peut voir un seul bouton servant à mettre le drone sous tension. A l’avant du drone on peut voir la nacelle et la caméra protégé des chocs par une espèce de couvercle en  sphère transparent. Sous chaque moteur, on peut voir un Led qui permet d’avoir une bonne visibilité du drone même de loin ou avec une faible luminosité.

Le Platinium est drone compact pliable. Les patins d’atterrissage, les hélices et les bras qui portent les moteurs sont pliables pour faciliter le transport du drone. Vous pouvez donc le glisser dans n’importe quel sac à dos, sac à main ou sac à photo et l’emporter partout avec vous, il est petit et léger.

Les dimensions de drone sont les mêmes que celles du Mavic Pro. Il fait une Longueur de 19.9cm, une largeur de 8.3 cm et une hauteur de 8.3cm. Le poids total prêt à voler est de 734g.

La radiocommande est à l’image du drone. Elle est aussi très compacte et pliable pour être plus pratique lors du transport. Elle dispose d’un petit écran OLED. De chaque côté de l’écran on peut voir deux joystick. En bas, on trouve deux pinces pliables qui servent à maintenir le téléphone si vous voulez en utiliser un.

Caractéristiques techniques

La Mavic Pro Platinium est équipé de 4 moteurs Brushless qui propulsent le drone à une vitesse maximale de 65km/h en mode sport. Même s’il est le même que celui qui est celui du Mavic Pro, DJI a changé quelques paramétrages au niveau de ce moteur. Les hélices sont des modèles 8331 propellers. Elles ont été aussi revisitées pour adopter un nouveau design. Le drone dispose aussi d’un nouveau contrôleur électronique de vitesse.

Quel sont les avantages résultants de ces changements ?

Les avantages les plus évidents se font sentir en vol et c’est ce qui nous amène sur le sujet de l’autonomie.

La batterie du Mavic Pro Platinium est la même que celle du Mavic Pro. C’est une Lipo 3S d’une capacité 3830mAh à une tension de 11.4V. Pourtant le drone a une autonomie de 30 minutes. C’est- à dire que l’autonomie de ce drone est de 11% plus élevé que celui du Mavic Pro. C’est une des bénéfices résultant des changements apportés au moteur, hélices et au changement d’ESC. L’autre bénéfice est la réduction du bruit durant le vol. Le Platinium est 60%  moins bruyant que le Mavic Pro. Le Mavic Pro n’est pas réellement ce qu’on appelle un drone bruyant, cependant, 60% de bruit en moins (équivalent à  4 Db) n’est pas négligeable pour profiter de son drone en toute tranquillité sans déranger les autres.

La caméra du Mavic Pro Platinium est une Sony IMX 377 avec un capteur 1/2.3’’ CMOS à 12Mp. L’angle de champs est un grand angle de 28 mm en full frame c’est-à dire que la focale est de 78°. Un autofocus permet de faire le point entre 0.5m et l’infini, donc veiller à bien faire la mise au point car elle peut changer entre le décollage et le vol sans votre réglage ou si vous toucher l’écran par inadvertance car il n’y a pas d’option de verrouillage.

Les résolutions vidéo sont  en C4K (4096×2160) à 24p, en  4K (3840×2160) à  24, 25 ou30p, en  2.7K (2704×1520) en  24, 25 ou 30p aussi, en FHD (1920×1080) jusqu’à 96p et en  HD (1280×720) jusqu’à 180p. Les vidéos sortent en format  MP4/MOV; MPEG-4 AVC en H.264. La variation de l’ISO est de 100 à 3200 pour la vidéo.

La résolution photo est de 4000 x 3000 soit de 12Mp avec des formats en JPEG et en DNG. Les photos se peuvent se prendre en mode unique, en mode rafale à 3, 5 ou 7 images et en AEB: 3/5 frames avec un Bias de 0.7EV. La variation de l’ISO en photo est de 100 à 1600.

La stabilité de l’image est assurée par une nacelle à 3 axes permettant  un angle de contrôle Tilt de -90° à + 30° et un angle de contrôle Roll de 0° à 90°.

Le Mavic Pro Platinium produit des vidéos avec une très bonne qualité. On peut distinguer des petits fourmillements dans les ombres en basse sensibilité  et  quand  lumière frappe à un angle compris entre 45° et 90°, les ombres des hélices produisent des stries qui se voient sur les images. Mais globalement, la couleur et les contrastes sont bonnes et satisferont pour une utilisation de loisir, voire une utilisation professionnelle avec un minimum d’encombrement. La nacelle est très performante aussi et elle absorbe bien toutes les vibrations et les secousses en vol, de sorte que l’image reste toujours fluide.

Vous avez la possibilité d’activer un style d’image Art, Cinelike ou S-Log si vous voulez retoucher les images. Les prises de vue pourront-être stockées sur une carte micro SD d’une capacité maximale de 64GB classe 10 ou UHS-1.

En photo, entre 100 et 400 ISO, l’image est bien nette avec un bon rendu des détails, surtout au centre de l’image, mais à mesure que l’on s’éloigne du centre pour approcher du bord et des coins, c’est moins bon. Les photos ont une bonne dynamique avec très peu de distorsion. Avec le format RAW, on peut exploiter une image jusqu’à 1600 ISO.

En vol, le Mavic Pro Platinium est d’une stabilité exemplaire, et ce n’est pas étonnant compte tenue l’arsenal impressionnant qui contribue à sa stabilité en vol. Le Flight Autonomy est un système qui dispose ainsi de 24 processeurs hauts performance,  de 4 capteurs optiques dont deux à l’avant, et deux inférieurs en plus de la caméra principale, la connectivité satellite via GPS et GLONASS pour doubler les chances d’acquérir une liaison satellite et de l’acquérir plus rapidement, 2 télémètres à ultrasons et deux capteurs qui fonctionnent en redondance.

En extérieur et sans obstacle, le positionnement satellite assure au Mavic un vol stationnaire très stable. Pour les vols en intérieur ou en cas d’interruption de liaison satellite pour diverses raisons (obstacles), pas de panique, le drone dispose encore d’un système de positionnement optique assuré par deux capteurs à ultrason et une caméra. La caméra verticale qui est placée sur le ventre du drone permet de transmettre des images en temps réel  venant de sous le drone au contrôleur de vol qui maintient le positionnement du drone par analyse de ces images et le capteur à ultrason permet de mesurer l’altitude. Comme ces deux capteurs pointent tout deux vers sol, plus le drone sera en hauteur, moins les données seront précises. Donc les données ne seront plus très fiables à partir de  placés à l’avant du drone. Ces capteurs permettent d’améliorer le positionnement de 2 à 3 fois en comparaison au capteur à ultrasons et permet aussi de gagner de la précision. Pour cela, elle observe la scène devant le drone et à partir de cela, le drone calcule le positionnement du drone et sa vitesse.

Pour assurer sa protection en vol, aussi bien lorsque vous pilotez que lorsque le drone effectue des vols automatisé, le Platinium est équipée de la technologie Flight Autonomy de DJI qui assure la détection d’obstacle du drone. Le Flight Autonomy permet au drone de détecter un obstacle en vol et lui permettre de l’éviter ou de freiner et faire un vol stationnaire avant la collision et cela même s’il est hors de votre vue. En général, le système de détection d’obstacle d’un drone est composé de capteurs à ultrasons et de capteur TOF. Comme ces capteurs fonctionnent grâce à des signaux lumineux, leur efficacité dépend de la forme de l’obstacle sur lequel il est projeté et risque d’être inefficace sur des obstacles comme des branches par exemple. Ce genre de technologie mesure la distance avec la réception de la première onde qui se réfléchit et la mesure ne se fait donc qu’à partir d’un point précis au lieu de donner une image 3D de l’obstacle. La technologie utilisant des capteurs lasers qui projettent des rayons infrarouges sur l’objet permet de créer une image 3D d’un éventuel obstacle. Mais l’efficacité de la détection d’obstacle avec cette technologie ne dépasse pas une distance située entre 3 et 5m car l’infrarouge n’est pas très puissant et la lumière naturelle du soleil peut créer des interférences.

La technologie Flight Autonomy du Platinium lui permet de détecter les obstacles à une distance de 15m en avant. Pour cela, quand le drone est en vol, les capteurs à lavant du drone mesurent la distance entre le drone et les obstacles tandis que les 4 caméras  prennent des clichés du parcours pour créer une carte 3D afin de mieux détecter les obstacles sur le chemin.

Ce système est disponible dans tous les modes de vol utilisés.

La connexion entre la radiocommande et le drone se fait par un nouveau système appelé OcuSync. Ce système de transmission est nettement plus efficace que le Wifi  « traditionnel ». Il est plus stable. Il permet de transmettre des retours vidéo en 720p et 1080p. Avec l’OcuSync, la latence est très faible et les images sont stables. La portée du signal avec ce système est de 7Km. Il est aussi possible avec l’OcuSync de faire une connexion sans fil point à multipoint. C’est-à dire connecter plusieurs appareils en même temps (lunettes FPV, radiocommandes et drone en même temps).

Fonctionnement

Le Mavic Pro Platinium est un vrai RTF. A part placer la batterie et déplier les hélices, les bras et les patins d’atterrissage, vous n’avez rien d’autre à faire avant de voler. Il y a deux façons disponibles de piloter votre drone, avec une radiocommande et le téléphone servira alors uniquement d’écran pour le retour vidéo. Ou alors vous pouvez piloter le drone avec un smartphone, mais avec le smartphone la distance de transmission descend à 80m, la hauteur maximale est réduite à 50m et la vitesse maximale est de 14 km/h.

Avant de décoller, il faut faire l’appairage entre l’appareil et le drone et acquérir la liaison satellite. Quand tout est prêt, l’application vous donne le choix entre décoller ou aller dans les paramètres.

Si vous choisissez d’aller dans les paramètres, vous aurez accès aux différents réglages du drone : la vitesse de réactivité des commandes, le paramétrage de la nacelle, l’activation de la détection d’obstacle, le réglage de l’altitude ou de la vitesse.

Le décollage se fait de deux manière soit avec le joystick en la tirant en diagonal vers soit, soit plus simple encore en appuyant sur la touche décoller sur l’écran.

En vol, le Platinium est un plaisir à piloter. Il est réactif, rapide mais sécurisant avec toutes les mesures de sécurité dont il dispose.

Pour vous assister dans vos prises de vue, le Platinium dispose de plusieurs vols automatisés :

RTH : le Return to Home est un mode qui permet de faire retourner, en cas de nécessité votre drone à son point de départ et à le faire atterrir en toute sécurité. En cas de perte de signal, de batterie faible ou au cas ou l’utilisateur perd de vue son drone, ou encore pour s’assurer d’un atterrissage en toute sécurité le RTH peut-être solliciter ou se déclencher automatiquement. Pour certain drone, le RTH s’appuie sur le GPS de la radiocommande et le drone  atterrit au plus prêt de l’endroit où se trouve la radiocommande, pour d’autres drones en cas de batterie épuisée le drone atterrit où il se trouve à ce moment ou revient à son point de départ et atterrit à ± 10 mètres de l’endroit où il a décollé. Pour le Mavic Pro, toute sa technologie lui permet d’atterrir pratiquement à l’endroit précis où il a décollé et en plus il est capable d’éviter les obstacles sur son parcours.

Le Follow me : avec ce mode, le drone braque sa caméra sur vous et vous suit lorsque vous vous déplacés.

Active Track : ce mode utilise la reconnaissance pour suivre sa cible. Un fois que vous la cible a été définie,  le drone vole autour en filmant. Il y a trois modes possibles. Avec le mode Trace, le drone se place devant ou derrière la cible, avec le mode Spotlight, le drone garde la cible dans le champ pendant qu’il évolue autour d’elle et enfin avec le mode Profile, le drone évolue sur les flancs de la cible.

Autres modes automatisés, le mode Waypoint et Tapfly. Ces modes utilisent l’image sur l’écran pour créer un parcours que le drone va suivre. Avec le Waypoint, vous tracez différents points correspondants aux endroits vers lesquels vous voulez que le drone évolue et avec le mode Tapfly, vous tapez sur l’écran l’endroit où vous voulez que le drone aille.

Le mode Gesture Control consiste à déclencher la prise de vue uniquement avec des gestes. C’est un mode vraiment pratique quand on est seul et qu’on veut prendre des selfies. Il vous suffit de faire des gestes et le drone vous suivra ou prendra un selfie.

Le drone dispose aussi d’un mode Tripod. Ce mode peut-être utilisé lors des vols en intérieur ou si vous voulez de la précision pour un cadrage. Avec ce mode la sensibilité des joysticks sont diminuée et la vitesse du drone est limitée.

Le drone dispose aussi d’un mode sport. Avec ce mode, le drone est plus réactif, plus nerveux. Il peut atteindre sa vitesse maximale de 65 Km/h avec ce mode. Ce mode est plutôt indiqué pour les pilotes confirmés.

L’atterrissage est aussi facile que le décollage. Vous pouvez soit déclencher un RTH, soit faire l’atterrissage vous-même, soit appuyer sur le bouton atterrir.

Le Platinium fonctionne avec la même application DJI Go que celle du Mavic Pro avec la même interface, les mêmes options. L’application est téléchargeable gratuitement  sur votre téléphone et elle est compatible avec Android et IOS.

Différences entre Mavic Pro et Mavic Pro Platinium

Vous l’aurez sans doute remarqué, il y a peu de différence entre le Mavic Pro et le Mavic Pro Platinium. Pour résumer, les différences sont au niveau du design, la couleur du drone et de l’embout des hélices et la forme des hélices qui sont plus aérodynamiques. Au niveau technique, des changements au niveau du paramètre du moteur, les hélices avec une nouvelle forme, et un nouveau contrôleur électronique de vitesse ont contribué à réduire le bruit du moteur de 60% et  à améliorer l’autonomie du drone pour passer à 30 minutes

Conclusions

Le Mavic Pro Platinium est un drone aussi performant que le Mavic Pro. Les fonctionnalités restent pratiquement les mêmes mis à part les 3 minutes d’autonomie en plus et 4Db de bruit en moins. C’est toujours ça de gagné, mais honnêtement, on s’attendait à mieux venant d’une nouvelle génération d’un « Mavic Pro » qui fait quand même office de référence dans le secteur des drones. Le Mavic Pro Platinium coute en ce moment 100€ de plus que le Mavic Pro.

Nous aurions aimé voir de vrais changements dans cette nouvelle version, mais des changements qui soient vraiment significatifs.

Je m’attendais à ce que la caméra soit changée pour pouvoir filmer en 60FPS en 4K. Que la position de la caméra par rapport à l’hélice soit corrigée de manière à ce que les ombres de l’hélice n’apparaissent plus à l’image sous certains angles. J’aurai aussi aimé que la détection d’obstacle ne soit plus uniquement frontale et enfin, à gagner en autonomie, pourquoi pas un peu plus que trois minutes.

Bref, les changements apportés par DJI au Platinium ne sont pas suffisamment significatif à mon sens pour que ce  modèle soit une nouvelle génération, plutôt un petit upgrade. Malheureusement, cela n’a pas permis de faire descendre le prix du Mavic Pro qui reste un drone performant et d’actualité à ce jour et ce n’est pas le Platinium qui le rendra obsolète.

Notez le guide sur le Mavic Platinum

Avec ce guide vous connaissez dorénavant tout ce qu’il faut savoir sur le Mavic Platinum et les grandes différences avec le DJI Mavic Pro “classique”. si vous avez apprécié ce guide n’hésitez pas à voter et à laisser une excellente note 🙂

Le DJI Mavic Pro Platinum
4.1 (82.99%) 67 votes

Plus de drones à découvrir